Cette maladie neurologique est responsable de lourds handicaps

Une équipe Inserm a eu une idée novatrice afin d’enrayer la maladie. Ils ont mis au point un anticorps capable de favoriser la fermeture de la barrière hématoencéphalique pour que les cellules immunitaires du sang ne puissent plus la traverser et ainsi accéder au cerveau et à la moelle épinière où se trouvent les neurones. Testé chez des souris modèles, cet anticorps thérapeutique empêche l’atteinte de la myéline. Une stratégie qui pourrait se révéler efficace dans la lutte contre la sclérose en plaques.